LA STEVIA

Télécharger la fiche complèe sur la stévia :

FICHE PDF STEVIA
STEVIA FICHE.pdf
Document Adobe Acrobat 52.9 KB

 

La stévia, voici bien l'édulcorant "à la mode" ; face au tant décrié "aspartam" et tous les maux qu'on lui attribue, l'arrivée de cet édulcorant dit "naturel" (extrait de la feuile d'un arbuste d'Amérique du sud) a tout pour plaire aux industriels de l'alimentaire ! Fleurissent donc sur le marché boissons, yaourts, comprimés et poudre à la stévia...

LES INFORMATIONS ESSENTIELLES

Autres noms utilisés : stevia rebaudiana, stévie

Code européen : E960

Nom chimique : sont extraits de la stévia principalement deux molécules : le stévioside et le rébaudioside A

Pouvoir sucrant : 

Édulcorant intense : 200-450 (1 gr de stévioside est aussi sucrant que 200 à 450 gr

de sucre)

Pouvoir calorique : aucune calorie n'est apporté par la stévia, comme tous les édulcorants intenses

 

 

HISTORIQUE ET ORIGINE

 

La stévia est une plante d’Amérique du sud connue depuis des siècles pour le pouvoir sucrant de ses feuilles. Dans sa forme brute, les feuilles sont réduites en poudre et utilisées pour sucrer les préparations (en général, des boissons chaudes). Un goût de réglisse plus ou moins fort est à noter. Cette utilisation n’est officiellement pas autorisée en Europe.

 

La notoriété de cet édulcorant est due à son autorisation très récente de mise sur le marché en Europe (le 14 avril 2010 par l’Autorité européenne de sécurité des aliments) et a été renforcée par l’image «naturelle» du produit (en opposition à l’image «chimique» de l’aspartam ou d’autres édulcorants : «la stévia, c’est un édulcorant qui vient d’une plante donc c’est mieux et moins dangereux…») .

 

Pourtant, la forme utilisée (et autorisée) est en fait, entre autres, le stévioside… c’est à dire la substance chimique sucrante de la plante. On est loin du produit «naturel» initial ! Il y a bien ici une manipulation chimique de la plante pour en extraire ses composants !

 

 

UTILISATION

 

Les extraits de stévia bénéficient d’un réel effet de mode et leur présence dans les produits « light » est mise en avant par les industriels en opposition à l’aspartam qui pâtit d’une mauvaise réputation peu justifiée (voir la fiche correspondante pour plus d’information). On retrouve donc cet édulcorant dans de plus en plus de boissons « light », dans des yaourts mais aussi sous la forme de poudre en vrac ou de comprimés.

 

Son utilisation par les diabétiques ne semble pas poser pas de problème. La stévia n'est pas cariogène.

 

Les dérivés de stévia sont très stables à la chaleur. Ils supporteront donc la cuisson (notamment dans les gâteaux (contrairement à l’aspartam).

 

 

EFFETS INDÉSIRABLES, DANGEROSITÉ ÉVENTUELLE


Les extraits de stévia sont dégradés dans l’estomac pour devenir du «stéviol». Plusieurs études ont été menées sur cette molécule et il n’a pour l’instant été démontré aucun effet cancérigène.

 

Un dosage journalier maximum de 4mg/kg de poids de corps ne semble pas poser de problème. Compte tenu de la diffusion encore restreinte du produit, ce dosage est assez difficile à atteindre dans une journée !

 

Même si on manque encore de recul en Europe et aux États-Unis, il est à noter que des extraits de stévia sont utilisés depuis plus de 30 ans au Japon (et depuis des siècles en Amérique du sud !) sans que des effets secondaires connus aient été démontrés…

 

 

Télécharger la fiche complète sur la stévia :

FICHE PDF STEVIA
STEVIA FICHE.pdf
Document Adobe Acrobat 52.9 KB

 

Une remarque, un commentaire sur ces infos ? N'hésitez-pas ! cliquez ici !